Corsa Light

Déballage du casque Corsa Light de chez Ekoi

Il y a quelques semaines, j’ai gagné le casque Ekoi Corsa Light lors d’une FAQ du mardi soir.  Après un petit mal entendu sur la taille, le voici à la maison.  Fan du casque Ekcel, j’ai hâte de le tester.

Corsa Light

Ce casque est sans doute le plus reconnaissable de chez Ekoi.  Le fait que l’équipe AG2R l’a porté toute l’année passée et en partie cette année y est sans doute pour quelque chose :).

Attention, sur les photos de l’article, la customisation n’est pas faite par Ekoi mais via des autocollants du site Stickers Perso.

Le Design

Corsa Light

On reconnait assez facilement ce casque avec toutes ses ouvertures.  En plus de lui donner un style, cela permet d’avoir une aération maximale.

Grâce au configurateur, il est possible de choisir parmi plusieurs couleurs de mousse, plusieurs couleurs de coque et finalement le customiser avec des autocollants.

Le Confort

Comme tous les casques Ekoi, il ne s’agit pas d’une réplique des équipes professionnelles : c’est exactement le même.  Inutile de dire que le confort est important pour eux.  Ce qui est bon pour eux, est bon pour nous.

Corsa Light

Lors de mon test après son déballage, le Corsa Light se fait totalement oublier.  Un des petits détails que je suis curieux de voir le résultat après usage, c’est la sangle ventilée.

Par défaut, il est fourni (comme les autre casque Ekoi) avec des mousses traditionnels.  Celui qui veut un peu plus de confort et un plus d’hygiène peut le remplacer par des modèles en gel.  Il s’agit d’une option dans la configuration du casque.

Conclusion

Comme je l’ai cité au début de l’article, à la base, je suis le fan numéro 1 du casque Ekcel.  Cela fait un moment que j’hésitais à tester le Corsa Light.  Ce concours gagné va me permettre de franchir le cap.

Les premières impressions sont bonnes.  On verra le résultat après un premier test en condition réelle.

Si vous voulez en savoir plus sur ce casque, cliquez ici

1 réflexion sur « Déballage du casque Corsa Light de chez Ekoi »

Laisser un commentaire