TCS New York City Marathon 2019

Cette année, j’étais de retour sur le New-York City Marathon 2019. Après une participation en 2018 entre bonheur et malheur, je venais chasser les démons.

New-York City Marathon 2019

Avant course

Tout comme l’année passée, il y a le passage à l’heure d’hiver (donc une semaine après nous). Ce n’est pas négligeable pour moi mais aussi pour toute ma tribu.

New York City Marathon 2019

Une fois le réveil sonné, en quelques secondes tout le monde est prêt. J’ai opté pour un départ en bus (offert par l’organisation) au pied de la bibliothèque publique de New-York. Pour s’y rendre, il faut prendre le métro. On est donc quelques coureurs à attendre… à attendre… à attendre…. Les panneaux d’affichage annoncent les passages mais aucun métro ne passe… et personne à qui demander. Ni une, ni deux, on change de station.

Vers 6h, on arrive au point de rendez-vous. Un petit bisou à la lionne et aux monstres avant de me rendre dans les files immenses. C’est officiel, c’est maintenant que le New-York City Marathon 2019 débute.

New York City Marathon 2019

Une fois dans le bus, direction le départ. Le trajet me semble long. Je ne sais pas si c’est le cas par rapport à l’année passée ou tout simplement l’excitation de l’année passée qui m’avait laissé penser à un trajet plus court.

Zone de départ

Arrivé dans la zone de départ. Cette année, je dois rejoindre le village Orange (j’étais en Bleu l’année passée). Le village Orange est vraiment le premier par lequel tout le monde passe, du coup tout le monde d’y arrête pour profiter des sanitaires (des files interminables ) et des points boissons / nourritures. Personnellement, j’avais prévu de prendre un Bagle et une bouteille d’eau… le reste j’avais avec moi. Pour le passage aux toilettes, je sais qu’il y en dans le SAS de départ et qui sont beaucoup plus accessibles en quelques minutes.

Une fois entré dans le SAS de départ (avec au moins 12000 vérifications de nos dossards), on attend. Passage aux toilettes et je laisse mes vêtements chauds pour les associations locales. L’attente se fera jusqu’à l’ouverte dans la fameuse porte qui nous amène sur le pont.

C’est parti pour le quart d’heure académique avec l’hymne national américain, les discours en tout genre et les hélicoptères.

La course

9h40, le départ du New-York City Marathon 2019 est lancé. Nous voilà tous sur le Pont Verrazano à courir sur 2 bandes : une bande bleue et une bande orange sur laquelle je suis. Très vite je prends mon rythme de croisière.

Pour cette course, je n’ai qu’un seul objectif : faire au moins le temps de l’année passée. Je n’ai pas fait de vrai plan d’entrainement. Celui réalisé est uniquement pour me bouger les fesses.

New York City Marathon 2019

Directement après le pont, on commence à pénétrer dans l’atmosphère que tout le monde vient chercher ici. C’est noir de monde. Dans la masse, j’aperçois une première fois la team Lejeune. Je leur dépose 2 bonnets Dunkin Donnuts (goodies incontournables sur le village départ) et je suis parti.

Les groupes de musique s’enchaînent. Cela m’avait vraiment manqué. Comme l’année passée, le passage du quartier juif est toujours aussi surprenant. Aucun spectateur, la vie ici est comme celle de tous les jours : c’est ça aussi le marathon de New-York.

Sur la route, je dépasse le fameux Dominique Chauvelier qui vient fêter ici son demi-siècle de course à pied. Je suis admiratif de son parcours passé et celui à venir.

Premier passage à Manhattan

Arrivé sur Manhattan , je sais que c’est ici que je dois revoir ma tribu… mais … il y a un mais… bien que je sais où je dois la voir, il y a tellement de monde que je ne les voie pas. Je me pose 1000 questions : Y a-t-il eu un souci? Ils se sont trompés d’endroit? Après ma course, j’aurai ma réponse : ils étaient bien là, ils m’ont vu …. mais moi pas. En fait, ils étaient en 3-4ème rang. C’est vous dire le monde.

La suite du parcours est plus difficile pour moi… mais c’était prévu. Depuis le début, j’ai prévu de le courir en 3h05min. J’avais fait un départ un peu plus rapide afin de voir si je pouvais faire mieux… mais je dois bien me dire que ce n’est pas possible. Je ralentis donc un peu pour rester sur l’objectif initial qui sera très bien.

Retour à Manhattan

Après un passage au Bronx, on passe le dernier fuc*** pont. C’est un peu la marque de fabrique de cette course. Les passages des ponts sont vraiment difficiles. Pour arriver dessus, il y a souvent une pente assez hard. A cela, on ajoute du vent et aucun spectateur… le moral prend toujours un coup.

Mon retour sur Manhattan est signe du passage le long de Central Park, l’endroit même où a débuté mon calvaire l’année passée. Mais cette année, mes jambes sont bien. Ce n’est pas pour autant qu’il faut s’enflammer car la route est longue. Dans ces kilomètres, je me fais dépasser par Bouchaib que je connais du net. C’est un meneur d’allure hors paire qui aligne les courses en France. Il est venu ici pour faire, lui aussi, son rêve américain. Il était parti une vague juste après moi et me dit de le suivre. L’espace d’un instant j’hésite mais je préfère le laisser aller.

New York City Marathon 2019

Arrivé dans Central Park, c’est le moment de voir une dernière fois ma lionne et les monstres. Je prends le drapeau belge histoire de profiter encore plus des 2 derniers kilomètres. On n’est pas beaucoup de belges sur cette course… mais on est là… et bien là.

L’arrivée

Elapsed Time Moving Time Distance Average Speed Max Speed Elevation Gain
03:05:32 03:05:32 42,48 4:22 2:03 294,00
hours hours km min/km min/km meters

Je passe la ligne d’arrivée après 3h05m de course (temps officiel). Mon objectif est donc atteint sans aucune douleur et surtout beaucoup de plaisir. Je me classe 2069ème sur 53508 finishers.

New York City Marathon 2019

Tout comme l’année passée, le constat est le même. Quand on fait le rapport entre mon classement et mon temps, on se rend compte que c’est une course mythique… mais pas facile du tout.

Merci

Tout d’abord, et pour être original, merci à la team Lejeune qui m’a permis de me reposer un peu après 4 jours de visites intenses de New-York avant le DDay. Merci aussi pour les encouragements durant la course.

Je remercie mes parents qui ont fait le relais du suivi live depuis le Belgique avec ma lionne. Comme elle n’avait pas toujours accès à internet, ils ont fait le relais par SMS de mon avancée. Merci aussi au reste de la famille pour les encouragements et l’aide d’après course pour retrouver la team Lejeune 🙂

L’expérience a été différente grâce à Owayo, Fréquence Running et Alltricks pour lesquelles j’ai maintenu les stories Instagram durant notre séjour. En plus des aides à l’année, cette expérience m’a fait découvrir l’événement différemment… et surtout le partager.

A cela, j’ajoute Ekoi, Powerbar et Thuasne sans qui le confort en course ne serait pas la même chose.

Je terminerais par un grand MERCI à toutes les personnes qui m’ont fait des messages avant , pendant et après la course. Promis, mon fil d’actualité sur mes réseaux va revenir à la normale 🙂

La suite?

Pas de surprise, c’est du repos (au niveau course à pied) jusque début décembre où je débuterais mon plan d’entrainement pour le marathon de Paris.

Bien entendu, cela ne me fera tout de même pas manquer les corridas hivernales dans ma région pour retrouver les amis.

1 réflexion sur « TCS New York City Marathon 2019 »

Laisser un commentaire